Heures d’ouverture: Encerrado temporariamente

Rua Conde Dom Henrique

4800-412 Guimarães

Évolution Constructif

Évolution Constructif

Évolution Constructif du Château de Guimarães

Pour que ce soit possible la compréhension de l’évolution du Château de Guimarães depuis sa fondation par la Comtesse Mumadona Dias au Xe siècle jusqu’à nos jours, on transcrit ci-dessous, avec l’autorisation requise, un texte de Mário Jorge Barroca e Luís Carlos Amaral à propos de l’évolution constructive du Château de Guimarães.


L’origine du Château

Le Château de Guimarães n’est pas encore mentionné dans le partage des biens entre la Comtesse Mumadona Dias et ses enfants, signé le 24 juillet 950. Mais semble déjà mentionné à la fin de cette même année, sur un document où le monastère de Guimarães est mentionné comme étant sur le domaine du Mons Latito (ou Monte Largo). Quelques années plus tard, en 968, Mumadona Dias révélerait qu’elle lui avait ordonné de construire pour protéger le Monastère d’une attaque des “gentios” (probablement des normands).


Phases de construction

Phase I – Phase Comtale (Xe siècle)

Le primitif Château de Guimarães, construit par Mumadona Dias, durant le deuxième semestre de 950, est un exemple classique des appelés ” châteaux du comté “. Néanmoins, depuis cette première structure nous ne possédions pas de vestiges archéologiques. Le château a été érigé entre les rochers, les utilisant pour améliorer les conditions défensives, et érigé en bois, matériel périssable qui laisse peu de témoignages.

Phase II – Phase Comtale (XIe siècle)

À la fin du XIe siècle, le Château de Guimarães a subi une profonde réforme, de laquelle subsistent des vestiges des premières rangés de pierres de la muraille tournée vers le Champs de S. Mamede. Cette phase a été construite avec des pierres de grandes dimensions, très distinctes de celles utilisées pour les phases suivantes. L’alignement de ces vestiges révèle un château avec une cour presque coïncidant avec l’actuelle, avec un plan arrondi, mais qui n’atteignait pas aucune des extrémités de la structure actuelle. Ce château n’avait pas des tourelles n’y de donjon. C’était donc, une simple cour entourée par les murailles, avec une ou deux entrées. C’est ce château que les comtes D. Henrique et D. Teresa ont connu.

Phase III – Phase Roman (XIIe siècle)

Au XIIe siècle, au temps de D. Afonso Henrique, le Château a subi une reconstruction avec amplification. La nouvelle muraille, qui a intégré sur ces bases quelques parties de la structure comtale antérieure, a utilisé des pierres de tailles plus petites que celles de la Phase II. Le nouveau château traverse le périmètre fortifié de l’actuelle fortification, mais il n’y avait toujours pas de tourelles n’y de donjon. La muraille romane était couronnée par un chemin de ronde, qui était un peu plus bas que le chemin de ronde actuel. Il reste des vestiges de ce premier chemin de ronde en presque tous les murs de la muraille.

Phase IV – Phase gothique (XIIIe – XIVe siècles)

Sous le règne de D. Afonso III ou de D. Dinis (deuxième moitié du XIIIe siècle ou début du XIVe siècle), quand les murailles urbaines de Guimarães étaient en travaux, le Château de Guimarães va subir une nouvelle intervention. Cette Phase IV a été très importante : ont été construites les huit tourelles adossées à la muraille, le donjon a été introduit et la muraille a été un peu élevé. Les travaux de cette phase utilisent des pierres avec des marques de tâcheron. C’était, portant, avec cette intervention que le Château de Guimarães a acquis, finalement, son aspect d’aujourd’hui.

Phase V – Palais de l’Alcade et Barbacane (XVe siècle)

Déjà à l’intérieur du XVe siècle ont été introduits deux nouvelles structures. À l’intérieur du château, a été érigé le Palais Ducal de l’Alcade, qui avait quatre étages (les deux premiers, adossés à la muraille, étaient destinés à des zones de service ; les deux supérieurs, soutenus sur le chemin de ronde et érigés au-dessus de lui, étaient destinés à une zone résidentielle).

À l’extérieur du Château, accompagnant la muraille sur la zone tournée vers le Champs de S. Mamede, a été érigé une Barbacane. De celle-ci ils ne restent pas de vestiges aujourd’hui, mais le Plan de Guimarães, de l’année 1570, l’enregistre toujours intégralement. Durant des travaux archéologiques récents ont été découvertes des traves de ses fondations.

Phase VI – Déclin

À partir du début du XVIe siècle le Château de Guimarães a perdu l’intérêt et importance stratégique. Et, avec son désintérêt militaire, sont venus ses années de déclin. À partir de 1664/1666 sa pierre a été utilisé pour la construction de nouveaux espaces, ce qui a dicté la démolition de certaines structures, comme le Palais Ducal de l’Alcade (Paço do Alcaide) et la Barbacane. Et entre 1692 et 1895 a servi comme prison.

 

Restauration

Durant la moitié du XIXe siècle, les Vimaranenses ont commencé à regarder le vieux château avec une autre sensibilité. Classifié comme Monument National en 1881, il a été l’objet d’une profonde restauration Prise en charge par la Direction Général des Édifices et Monuments Nationaux (1936 – 1937), ayant été inauguré le 4 juin 1940, durant la cérémonie qui a marqué le début des Commémorations Nationales des Centenaires (1140 – 1640). Aujourd’hui, il est inclus dans l’aire de Guimarães classifié comme ” Patrimoine Culturel de l’Humanité ” (2001).

Réhabilitation du Château et création du Centre d’Interprétation
En 2015, est inauguré la première phase des travaux, qui comprenait la réhabilitation de la cour du château et la création de passerelles et protections sur le chemin de ronde de la fortification. La deuxième phase, comprenant la récupération de l’espace intérieur du Donjon et les installations d’un petit Centre d’Interprétation, s’inaugure un an plus tard, symboliquement le 24 juin 2016.

Finalement, le même jour de l’année 2019, le livre du Château de Guimarães a été publié. Livre-Guide du Centre d’Interprétation (rédigé par les signataires et avec édition de l’Association des Amis du Palais Ducal de Bragança et du Château de Guimarães), avec les contenus du Centre présentés d’une manière plus développé.