Heures d’ouverture: ver "Planear Visita"

Rua Conde Dom Henrique

4800-412 Guimarães

Salon Noble

Salon Noble

Salon Noble

Au XVe siècle, à l’époque où le Palais Ducal était habité par D. Afonso, Duc de Bragança, et sa femme, D. Constança de Noronha, cet espace serait le plus noble de l’édifice – la Grande Salle ou Aula – d’où on aurait accès aux espaces les plus privés, utilisés seulement par les ducs.

Sur cet édifice, au contraire de ce qui est normal sur les maisons d’aujourd’hui, il n’existait pas de couloirs ou de chambres, comme on disait, les pièces se succédaient les unes après les autres, marchant des espaces les plus publics vers les espaces les plus privés.

Cette Grande Salle ou Aula, est désignée actuellement comme le ” Salão Nobre “, elle réveille notre attention dû au plafond en forme de bateaux inverti, lequel, malgré sa construction en bois de châtaignier au deuxième quart du XXe siècle, devrait correspondre au modèle originel.

Si le public guide son regard vers le mur en haut à Est de cette salle, peut vérifier, bien en haut, qu’il y a trois petites ouvertures sur le mur, fermées par des volets en bois. Elles fonctionneraient comme des visières, laissant de cette manière voir ce qui se passait à l’intérieur de cette salle.

La décoration de l’espace est dominée par la dernière des “Tapeçarias de Pastrana” (Tapisseries de Pastrana), d’une série de quatre, laquelle a comme sujet “A tomada de Tânger” (La prise de Tanger).

Ces tapisseries doivent leur nom – ” Tapeçarias de Pastrana ” – au fait d’être des copies uniques des tapisseries du dernier quart du XVe siècle qui sont aujourd’hui à la Collégial (Colegiada) de Pastrana, en Espagne. Cette série narre la conquête du Nord d’Afrique, en 1471, de la place d’Arzila (trois tapisseries) et la prise de Tanger (une tapisserie), qui ont eu lieu durant le règne de D. Afonso V.

Plusieurs meubles, peintures, tapisseries et porcelaines permettent au public de regarder la façon dont les portugais de grand pouvoir économique ornaient leurs habitations entre les XVIIe et XVIIIe siècles.